Châteauroux, coeur sur vous !

Berrichonne Châteauroux

L’étape des félicitations attendra. La Berrichonne de Châteauroux mérite d’abord celle des encouragements. L’incroyable et inimaginable parcours berrichon a de quoi valider la thèse qu’un détour en National 1 permet, souvent, de remettre quelques idées en place. Un aller-retour en bas pour faire resplendir plus intensément les couleurs d’un club, d’une entité, d’une ville.

A lire aussi >> Chaker Alhadhur : « Nous espérons aller le plus loin possible »

On regrettera éternellement l’absence d’un soutien populaire dans un Gaston-Petit désert. C’est peine perdue, malheureusement. Pourtant, ces Castelroussins-là valent le détour. Les yeux pétillent à observer la formation de Jean-Luc Vasseur. Un coach grandi quoi qu’il arrive après son échec rémois et la mission impossible du PFC confiée en 2015-2016. Preuve que le climat du Berry a du bon pour se relancer.

Bien que chaque groupe possède sa propre âme, ce Châteauroux nous fait penser à Amiens. Les joueurs semblent en lévitation, subjugués par leur dynamique positive. L’insouciance a depuis longtemps relégué l’appréhension dans les sous-sols de Gaston-Petit. Les individualités, méconnues en juillet dernier, mettent leurs promesses au service du collectif. La Berrichonne joue bien, juste. Ou juste bien. Elle récite une partition taillée à sa mesure. Elle enchaîne, semaine après semaine, sans tergiversation, sans complexe.

Où s’arrêtera le club du président Thierry Schoen ? Le plus haut possible. La seule certitude est de le retrouver, au minimum, en Domino’s Ligue 2 la saison prochaine. Jusque-là, on ne demande qu’aux Alhadhur, Sarr, Khadda et Benrahma de continuer de nous enflammer. Châteauroux, c’est notre petite surprise chaque week-end. Une bouffée d’air pur dans un championnat qui lui ressemble et pour lequel on vibre sans arrêt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *