Le premier site 100% Ligue 2

Nos actualités

Championnat - 25 mars 2017 Philippe Dejter 1 commentaire

Entretien ML2 – Bryan Bergougnoux : « Le plus dur est devant nous »

Bryan Bergougnoux vit une saison particulière avec le Tours FC. Après plusieurs mois en équipe réserve, le milieu de terrain tourangeau a retrouvé la Ligue 2 suite à l’arrivée de Nourredine El Ouardani en remplacement de Fabien Mercadal sur le banc. Depuis, Tours va mieux. Et Bryan Bergougnoux se montre décisif. Comme il y a deux saisons. Le numéro 19, en fin de contrat en juin, s’est confié dans un long entretien pour MaLigue2.

MaLigue2 : Avez-vous vécu le départ de Fabien Mercadal comme un soulagement ?

Non, au contraire. Je suis surtout déçu de ne pas avoir réussi à ce que cela fonctionne entre nous. Ce n’est pas quelqu’un qui a triché, je ne lui souhaite aucun mal. J’aurais aimé que ça marche, malheureusement parfois c’est comme ça… Si quelqu’un, dans l’équipe, voudrait mettre l’accent sur lui en disant que c’est de sa faute, que c’était lui le problème, ce serait le premier des menteurs. Le problème vient des joueurs, nous n’étions pas à la hauteur. Ce serait une excuse et un raccourci beaucoup trop simple. Le soulagement, pour moi, c’est surtout de rejouer et de pouvoir faire ce que j’aime. Je n’ai aucune animosité envers Fabien Mercadal.

Votre retour coïncide avec une embellie des résultats, ça a du faire du bien à beaucoup de monde de vous retrouver dans le groupe professionnel ?

Je pense que c’est avant tout la patte de Nourredine El Ouardani. C’est quelqu’un qui débute, honnêtement j’avais un petit peu peur que son discours soit « On ne prend pas de risques, on défend bien… » On est un effectif qui n’a pas envie de ça, il l’a compris très vite et a imposé un jeu fait de possession de balle, d’envie d’aller de l’avant, de faire subir plutôt que de subir. C’est aussi dans sa philosophie mais il a su voir que c’est ce qui correspondait exactement au groupe. C’est vraiment lui, bien plus que n’importe quel joueur, le déclencheur de ce renouveau.

« L’image qu’ont les gens du Tours FC est disproportionnée par rapport à la réalité »

La victoire contre Orléans, en souffrant en fin de match, a aussi débloqué quelque chose mentalement ?

Déjà à Strasbourg, notre attitude était différente. Le coach nous a dit d’aller les chercher, de montrer qu’on avait la capacité de les battre. On a certes perdu mais ce discours a donné énormément de confiance aux joueurs. Sur la première mi-temps Strasbourg n’a presque pas vu le jour, ils ont su retourné la situation ensuite mais l’attitude du coach, qui sent toutes les bonnes choses et nous a dit de ne pas paniquer alors que tout le monde nous donnait fini, a vraiment fait du bien au groupe. Derrière, on reçoit Troyes, équipe très technique qui aime avoir le ballon et on leur en a complètement privé. La dynamique était enclenchée, même sans gagner.

Votre président était toujours confiant avant l’entame du sprint final, vous venez de battre deux adversaires directs…la dynamique s’est enfin inversée ?

On a vu qu’en deux victoires on est sorti de la zone rouge, ça veut dire que nos adversaires ont aussi cette capacité. Il ne faut pas s’enflammer, on sait juste qu’on est sur la bonne voie mais j’espère que tout l’effectif est conscient que le dur est devant nous. Le Red Star, Laval, ne nous donneront pas de points. On sait aussi d’où on vient, il faut continuer à travailler et à jouer avec la même philosophie.

Vous avez aussi la chance de posséder devant un joueur capable de faire la différence comme Denis Bouanga, c’est aussi un atout quand on se bat pour le maintien…

Quand on regarde les équipes de bas de tableau, on est l’équipe avec la meilleure attaque et le meilleur potentiel offensif. C’est pour cela que je suis toujours resté confiant, on sait comme ça peut être important en fin de championnat. Quand on voit Denis (Bouanga) en pleine bourre, Fanta (Cheick Fantamady Diarra) qui méritait de retrouver son efficacité, les arrivées de Selemani et Bennacer, la qualité technique de Maouche, Sacha Clémence derrière…tout cela, c’est rassurant. Et on commence à régler petit à petit nos problèmes défensifs, en essayant de défendre en ayant la balle. C’était la meilleure solution par rapport à notre effectif. On a deux latéraux qui sont très offensifs, il fallait compenser et trouver le bon équilibre. La vitesse d’Ibrahim Cissé dans l’axe nous permet, par sa vitesse, de rattraper quelques situations chaudes car c’est sûr qu’en jouant comme ça, on s’expose beaucoup.

« Je ne compte pas les quatre points de pénalité d’Orléans »

Et Bingourou Kamara ressort des parades décisives…

En même temps c’est toujours difficile d’être bon quand on prend cinquante frappes par match ! Là, il subit moins de frappes et il devient plus décisif, ce qui est aussi bien pour lui car avec toutes ses qualités, il ne mérite pas de prendre autant de buts.

Enfin, comment gérez-vous l’environnement particulier autour du Tours FC cette saison ?

C’est difficile et je pense que ça nous dessert un peu. L’image qu’on peut avoir du Tours FC est aussi faussée, on n’est pas un club et une équipe de voyous. Chaque année, il y a des gens qui luttent au sein de ce club, à tous les étages, du président aux femmes de ménage, pour que ce club existe. Nos intendants font un travail énorme tous les jours, sans rechigner. Chaque année, la direction fait des énormes efforts pour que l’on puisse passer la DNCG. Quand je vois l’image que les gens ont du Tours FC, ça me déçoit, surtout qu’elle est disproportionnée par rapport à la réalité des choses.

Vous avez vous aussi, joueurs, un rôle à jouer pour redorer le blason du Tours FC et repartir sur de bons rails l’an prochain en Ligue 2 ?

Clairement. Avant le match d’Orléans, j’ai pris la parole pour dire aux joueurs que je n’étais jamais descendu dans ma carrière. C’est une question d’honneur, de fierté, il faut que chacun d’entre nous évite cela. Ce n’est jamais bon dans une carrière. Je ne compte pas les quatre points d’Orléans, j’ai dit au groupe qu’il fallait se sauver au-delà de ces quatre points !

Ibrahim Cissé : « La trêve internationale n’arrive pas au bon moment… »

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Nos partenaires

Ligue de Football Professionnel
LiveFoot.fr
http://www.nordsports-mag.com/
Eco Foot
Super Football Club
Image sport