Le premier site 100% Ligue 2

Nos actualités

AC Ajaccio - 14 décembre 2016 Philippe Dejter 2 commentaires

Pourquoi l’AC Ajaccio interdit de stade L’Orsi Ribelli

Vendredi dernier, la ville d’Ajaccio profitait d’un événement unique en France : une confrontation entre deux clubs professionnels de la même ville, entre le Gazélec et l’AC Ajaccio. Un véritable « derby », qui n’aura une fois de plus pas attiré les projecteurs des télévisions… Finalement, cela nous aura peut-être évité quelques images chocs qu’aiment à distiller certains médias ne s’intéressant ni de près ni de loin à l’actualité footballistique de la Ligue 2. Des personnes envoyant des sièges sur la pelouse, de la fumée en dehors du stade, des mouvements de foule… Point névralgique, le parcage de supporters de l’AC Ajaccio.

Le club corse a immédiatement pris ses responsabilités, décidant « d’interdire l’accès au stade du groupe de supporters incriminé« , L’Orsi Ribelli, principal groupe de supporters du club depuis 2002. Le vice-président Alain Orsoni espérant toutefois rencontrer les supporters qui souhaiteront reconstruire un nouveau projet, comme exprimé sur la radio Alta Frequenza Corsica : « On ne peut pas laisser se dérouler ce genre de débordements chez nous, nous prenons une mesure forte. Certains, qui sont respectables, ne comprennent pas notre décision. Nous leur donnerons tous les moyens pour repartir sur des bases beaucoup plus saines, avec une démarche et une charte éthique à respecter pour que ce genre d’incident ne se reproduise plus. Nous leur donnerons tous les moyens pour s’exprimer via une nouvelle structure. »

Dans une tribune, dans un parcage, tout le monde ne se connaît pas

Le sujet est complexe : la petite trentaine de personnes responsables des incidents de vendredi pénalise l’ensemble d’un groupe de supporters. Dans une tribune, dans un parcage, tout le monde ne se connaît pas. Tout le monde ne s’apprécie pas. Tout le monde ne fait pas partie d’un groupe de supporters. Tout le monde ne vit pas le football de la même façon. Dans le cas de l’ACA, L’Orsi Ribelli est le principal groupe de supporters, interlocuteur privilégié du club. Lorsque des incidents en tribune apparaissent, le dialogue se fait logiquement entre le club et le groupe, organe reconnu. La semaine d’avant, des choses graves s’étaient déjà déroulées à l’encontre de supporters visiteurs strasbourgeois, attaqués à coups de matraque et de poings américains. Le club devra y répondre dès demain en commission de discipline de la Ligue. Malgré un communiqué officiel ferme et un avertissement aux supporters corses, le déplacement chez le voisin du Gazélec a mal tourné. Cette fois-ci, et après une accumulation de faits, le club a opté pour le choix ferme que l’on connaît.

Orsoni : « Les personnes qui souhaitent vivre des moments d’adrénaline iront le faire ailleurs que dans notre stade »

« Il risque d’y avoir peu de monde au stade« 

Depuis, l’ambiance est forcément particulière autour du club corse. L’Orsi Ribelli a pu compter sur les soutiens sincères d’anciens joueurs, membres du staff…car il existe une véritable proximité entre tous ces acteurs. Le groupe a par ailleurs communiqué, insistant sur cette appartenance à « une famille. Du moins c’était ce que nous pensions légitimement après tant d’années passées côte à côte. Aujourd’hui, une fois de plus, nous faisons le constat d’une nouvelle injustice, plus amère que toutes les autres car elle nous désigne mais surtout émane de notre propre famille, celle que l’on croyait indivisible. » Une famille qui semble aujourd’hui plus proche du déchirement que de la réconciliation. Le club n’acceptera plus les membres de L’Orsi Ribelli dès vendredi soir pour la réception du Nîmes Olympique, ceux-ci ayant prévu de ne pas venir et d’organiser un défilé en ville à 19h. Le club n’a pas vocation à faire « la police, nous ne pouvons pas décider si X,Y ou Z doit être exclu. Les personnes qui souhaitent vivre des moments d’adrénaline iront le faire ailleurs que dans notre stade » rappelait Alain Orsoni. L’AC Ajaccio a probablement pris l’une des mesures les plus difficiles de ces dernières années et le coach Olivier Pantaloni résume parfaitement la situation : « Les évènements de vendredi nous ont touché, on n’est pas insensible à ce qu’il s’est passé. Ni les joueurs, ni les dirigeants ne sont responsables de ces états de fait, on les regrette, on les condamne. […] Il risque d’y avoir peu de monde au stade, les gens veulent peut-être nous sanctionner parce qu’il y a des décisions fortes qui ont été prises. Mais qu’il y ait du monde ou pas, qu’on soit soutenu ou pas, on n’a qu’un objectif qui est le maintien du club.« 

A lire aussi >>

L’AC Ajaccio exclut définitivement un groupe de supporters

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Nos partenaires

Ligue de Football Professionnel
LiveFoot.fr
http://www.nordsports-mag.com/
Eco Foot
Super Football Club
Image sport