Téléchargez notre application Ligue 2

Entretien ML2 – Grégory Lorenzi : “De l’ambition à moyen terme”

Championnat

Grégory Lorenzi est entré dans ses nouvelles fonctions de coordinateur sportif du Stade Brestois 29 le mois dernier. Après la première journée de Ligue 2, il s’est confié sur les ambitions du club breton pour cette nouvelle saison de Ligue 2…et la fin du mercato !

MaLigue2 : Récemment, Jean-Marc Furlan parlait de traumatisme pour le groupe de l’an dernier. Etant déjà au club, quelle est votre analyse ?

Grégory Lorenzi : On a eu une saison compliquée, avec moins d’enjeux en fin de saison, ce qui a peut-être conduit à une forme de relâchement. On savait aussi que c’était la fin d’une histoire et qu’une nouvelle ère allait commencer, avec un nouveau président, un nouvel entraîneur. Il y avait la grève de nos supporters également. On avait tous hâte que cela se termine, c’était assez pesant et c’est sans doute pour cela que le coach l’a ressenti psychologiquement. Après, tout n’était pas à jeter, on a pris du plaisir aussi et c’est de l’histoire ancienne. On espère maintenant commencer à bien écrire la nouvelle page qui s’ouvre.

Quelle sera donc l’ambition du club breton pour son renouveau ?

Avant de parler d’ambition sportive, il faut d’abord passer par des étapes structurelles. On était un des seuls clubs en France qui n’était pas doté d’un centre d’entraînement de qualité pour ses professionnels. Sans fondation, on ne peut pas avoir d’ambition et il fallait en passer par là. Beaucoup de choses ont avancé plus vite, d’ici quelques mois on n’aura plus de soucis structurels.

On a aussi l’arrivée de Jean-Marc Furlan, un nouveau coach qui va essayer de faire assimiler le plus vite possible à ses joueurs les nouvelles méthodes. On aura de l’ambition à moyen terme, celle-ci passera par plusieurs étapes comme la construction d’un nouvel effectif.

Une période de mercato pas toujours facile à gérer…

On a voulu prendre notre temps et bien cibler les joueurs choisis. Aujourd’hui, on ressent encore la différence de rythme entre certains joueurs, il faudra encore attendre quelque temps pour être compétitif en Ligue 2. Le temps ne joue pas en notre faveur, mais comme le répète le coach ces manques technico-tactique peuvent être compensés par un état d’esprit qui sera dans un premier temps notre force.

“Un attaquant susceptible de nous quitter”

C’est compliqué de vendre un projet de Ligue 2 à des joueurs même en manque de temps de jeu ?

On a ciblé des joueurs de qualité, mais d’autres clubs ambitieux étaient aussi en contact avec eux. Sur ce point-là, nos structures nous ont fait défaut, lorsque nous étions en concurrence avec des clubs comme Lens ou Le Havre par exemple… On a la chance d’avoir un entraîneur comme Jean-Marc Furlan pour nous aider à convaincre des joueurs de nous rejoindre. Nous avons aussi ciblé des joueurs qui avaient envie de venir à Brest, il n’y a eu aucun choix par défaut.

Concernant votre recrutement, reste-t-il des postes qui évolueront ?

Notre recrutement est quasiment bouclé. On a un attaquant susceptible de nous quitter, qui sera remplacé. Pour le reste, nous verrons en fonction du début de championnat, et de 2-3 joueurs en instance de départ qui sont susceptibles de nous quitter.

Le Stade Brestois s’est révélé convaincant vendredi sur la pelouse du Gazélec, c’est très encourageant pour la suite…

On savait très bien qu’on ne serait pas prêt d’un point de vue technique et tactique, le coach a insisté sur la solidarité. On savait que ça passerait par là, et c’est ce qui fera la différence les premiers mois. Une fois qu’on sera prêt, on pourra être plus exigeant sur le jeu. Aujourd’hui, il faut concéder le moins de déficit en points et marquer les esprits, pour montrer que Brest sera présent cette saison. Il faudra bonifier ce bon résultat par une victoire contre Orléans.

Crédit photo Image de Une : SB29

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Activer les notifications