Entretien ML2 – Danilson Da Cruz : « J’ai senti que l’état d’esprit avait totalement changé »

Capitaine de David Guion, Danilson Da Cruz a disputé toutes les rencontres du Stade de Reims depuis le début de saison. Si la victoire accompagnait chacune de ses sorties, le milieu de terrain n’a rien pu faire pour empêcher le lourd revers des siens, mardi, en Coupe de la Ligue à Valenciennes (0-3) après 80 minutes à 10 contre 11. De quoi trouver la motivation pour mieux repartir, dès ce week-end à Lorient pour l’actuel 2e de Ligue 2.

Au-delà de la compétition, cette défaite est-elle un coup d’arrêt ?

C’est un coup d’arrêt car la défaite est là. Cela met fin à notre série de victoires. Après, nous n’allons pas remettre tout en question. Nous allons continuer de travailler dans le même sens et place au championnat dès ce week-end à Lorient.

Ce mardi soir, explique-t-on ce revers par le rouge pris très tôt dans la partie, ou il existe tout un ensemble de paramètres que vous n’avez pas réussis à mettre en place ?

Le rouge est un fait de jeu. Nous sommes tombés, surtout, sur une équipe valenciennoise qui est une bonne équipe de Ligue 2. Les Nordistes ont su exploiter nos petits manques dus à notre infériorité numérique. J’ai envie de dire, on avait qu’à rester à onze sur le terrain pour essayer d’avoir un autre match.

Ce rouge de Yunis Abdelhamid est problématique pour Lorient ?

Bien évidemment ! Yunis est une pièce maîtresse de notre collectif. Nous avons quand même l’effectif pour pallier à son absence. Celui qui le remplacera tiendra la dragée haute.

Sur le début de saison, on attendait pas forcément le Stade de Reims à ce niveau-là (4 victoires en 4 matchs). Cela vous surprend-il ? Est-ce la conséquence d’avoir été mis un peu plus dans l’ombre ?

C’est vrai qu’on ne nous donnait pas favoris du tout. Nous étions même un peu décriés quant au recrutement de l’intersaison, et surtout ce qu’il s’était passé en fin de saison dernière. Après, nous avons toujours œuvré dans l’humilité, nous étions sûrs de ce que le coach nous proposait. Nous avons totalement adhéré dès le départ. Ces résultats ne m’étonnent donc pas, tout comme l’état d’esprit, car dès le début, j’ai senti que l’état d’esprit avait totalement changé.

Quel est ce changement par rapport à l’an passé ?

Nous venons à l’entraînement avec du plaisir. Nous avons du plaisir à passer du temps ensemble. C’est ce qui fait notre force. A nous d’essayer de cultiver cela. Après, garder cette haine de la défaite.

Le plaisir était moins présent la saison passé ? Comment l’expliquez-vous ?

Les objectifs étaient affichés haut et fort. Nous possédions aussi le plus gros budget de Ligue 2. Les adversaires ne nous attendaient pas de la même façon. En interne, il existait aussi des séquelles de la relégation de l’année précédente. Maintenant, ne tirons pas de conclusion au bout de 4 matchs.

Personnellement, vous prenez davantage de plaisir ? En tout cas, on vous sent en confiance et peut-être meilleur…

C’est certain que quand les résultats sont là, tout le monde va dire que je suis meilleur. J’ai toujours été le même, avec le même état d’esprit. Le fait d’être mis en avant vient du fait des résultats parfaits.

Lorient-Reims, c’est un choc contre un favori à la remontée. Comment abordez-vous cette rencontre ?

Comme depuis le début de saison. Nous irons avec nos forces, nos convictions et nous ferons tout pour ramener des points. Nous n’y allons pas avec un complexe d’infériorité. Nous aurons aussi à cœur de se venger de la déconvenue de Valenciennes.

Avec un objectif de ne toujours pas prendre de but ?

(Rire) Nos objectifs restent entre nous dans le vestiaire. On verra. Il y a toujours des challenges !

Laurent Mazure, à Valenciennes

A lire aussi >>

Le Stade de Reims, dernière équipe de Ligue 2 à zéro but encaissé

1 Commentaire

  1. Pingback: MaLigue2 | Anatole Ngamukol : "Je suis revenu plus mature" - MaLigue2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *