Medhy Guezoui : « Je ne pouvais pas rêver mieux »

Un match, un but. Medhy Guezoui n’a pas traîné pour faire parler de lui en Ligue 2. L’ancien attaquant de Quevilly Rouen Métropole, arrivé cet été à Valenciennes, a offert le point du nul à son équipe contre le GFC Ajaccio ce vendredi (1-1, 1re journée de Ligue 2). Un but qui devrait lui donner confiance après une préparation apparemment mal digérée :

Une première au Hainaut et vous ne vous ratez pas…

Medhy Guezoui : J’avais à coeur de marquer, je ne l’avais pas fait lors des matchs de préparation. J’ai eu un peu de mal physiquement à trouver mes marques. Du coup, là, j’avais envie de scorer. En plus, c’est un but de vrai avant-centre.

Depuis l’an dernier, avec la préparation, ne pas marquer commençait à faire un peu long ?

Oui, tout à fait, mais après, j’ai eu du mal à digérer la préparation. Maintenant, je me sens mieux, je retrouve une certaine fraîcheur. C’est le premier match de championnat, je ne pouvais pas rêver mieux sur un plan personnel.

Comment expliquez-vous cette première période compliquée de votre équipe ?

C’est ce qu’on se demande. Nous n’arrivons pas à trouver la raison. Un peu de stress, peut-être. Car on voyait que personne ne savait où se placer. Nous n’avions pas la raison. En deuxième mi-temps, nous avons eu une réaction !

Cela ne ressemblait pas aux matchs amicaux…

Oui, c’est ce que nous nous sommes dit. Après, c’est aussi le premier match à domicile. Nous voulions bien faire, et nous avons commis beaucoup de déchets. Beaucoup de placements hasardeux.

Qu’est-ce qui a changé entre les deux mi-temps ?

Nous ne pouvions pas faire pire. Ce qui a changé, c’est que nous nous sommes dit les choses à la pause. On est rentrés avec encore plus d’envie, nous avons retrouvé notre jeu.

Sur un plan personnel, vous vous êtes fixés un objectif de buts ?

Jamais ! Je me fixe toujours de faire mieux que l’année précédente. L’an passé, c’était ma meilleure année. L’année d’avant, en CFA, j’avais mis une réalisation de plus. Si on peut faire mieux, pourquoi pas.

Existe-t-il une différence avec le niveau du National ?

C’est mon premier match, mais sur un plan personnel, je n’ai pas trouvé une réelle différence. Tactiquement, oui, mais physiquement, athlétiquement, au niveau du rythme, pas vraiment de différence. En National, il y a de très bons joueurs (rires).

Propos recueillis par Laurent Mazure

Faruk Hadzibegic : « Nous étions tétanisés par l’importance du match »

1 Commentaire

  1. Pingback: MaLigue2 | Faruk Hadzibegic voit Châteauroux "comme un favori" - MaLigue2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *