Entretien ML2 – Denis Renaud : « La plus belle des qualités, c’est de savoir rebondir »

Il est arrivé l’été dernier pour diriger sa première séance à la tête des Chamois Niortais en Ligue 2. Les débuts ont été difficiles, mais à l’arrivée, le club des Deux-Sèvres a terminé dans la première partie de tableau (10e). En juin dernier, Denis Renaud est reparti pour un tour. A la veille de rencontrer Bordeaux en amical, l’ancien technicien de Carquefou et du Paris FC nous a livré son regard sur cette saison 2017-2018 à venir avec un groupe qu’il connaît déjà très bien, puisqu’il a peu bougé jusqu’à présent.

MaLigue2 : Vous entamez votre deuxième préparation estivale aux Chamois Niortais, comment s’est déroulée la reprise 2017-2018 ?

Denis Renaud : Le groupe reste dans la continuité de la saison dernière. Il y a eu peu de mouvements. Nous avons connu quelques départs comme Tristan Lahaye, ou des jeunes qui souhaitaient obtenir du temps de jeu et qui sont partis en prêt. Et il y a eu autant d’arrivées pour remplacer ces derniers. Donc j’ai retrouvé un groupe qui est reparti dans la continuité. On a l’avantage de travailler ensemble depuis un an, et j’ai vu du sérieux, de l’enthousiasme et de la générosité depuis la reprise. Le stage à Royan a parfaitement posé les bases.

Vous parlez de continuité. Que voulez-vous retrouver de la saison dernière, et que voulez-vous au contraire ne pas revoir ?

On peut dire que la saison dernière a été ponctuée de deux étapes. Le début de saison a été très difficile. On était lanterne rouge après huit journées. Puis derrière, nous avons su relever la tête et grimper jusqu’à la 7e place. J’ai apprécié cette force de caractère, ce vestiaire soudé. Le contenu était bon en début de saison mais nous n’étions pas récompensés par les résultats. Je dis que la plus belle des qualités, c’est celle de savoir rebondir. Malgré plusieurs résultats difficiles, on a continué à travailler. Bon après, si on pouvait ne pas rééditer ce genre de début de saison, ce serait mieux ! Avec un effectif stable, on se doit de cultiver nos points forts, et on doit apprendre à encore mieux se connaître. On ne doit pas se satisfaire de notre 10e place et de notre beau parcours en Coupe de France jusqu’en 8e de finale face au PSG. On doit avoir la volonté de progresser ensemble et de franchir des paliers dans nos principes de jeu.

« Nous devons faire émerger des jeunes »

Vous avez annoncé un objectif précis, une place à atteindre en championnat pour faire mieux que la saison dernière ?

Ce qui m’intéresse, c’est la progression de l’équipe. La volonté, c’est d’avoir les meilleurs résultats possible évidemment car nous sommes des compétiteurs. Mais nous devons aussi faire émerger des jeunes du centre de formation ou de l’extérieur, les faire évoluer et leur faire découvrir la Ligue 2 encadrés par des joueurs plus expérimentés. Je veux surtout que l’on existe collectivement du mieux possible. Je m’intéresse surtout au comportement de l’équipe. Après, à nous d’aller chercher les 42 points le plus vite possible car nous avons aussi des obligations de résultats. Mais par rapport à d’autres équipes, je pense que nous ne sommes pas amenés à lutter pour la montée. Il y a 10 clubs historiques qui rêvent de remonter en L1, et qui disposent d’un autre budget et d’autres moyens pour cela.

La période du mercato empêche souvent les entraîneurs de trouver de la stabilité à travers les nombreux mouvements. Qu’en est-il de celui de Niort ? Des arrivées sont elles prévues ? Des départs de joueurs sont-ils encore possibles ?

Il y a plusieurs phases à l’intérieur du mercato. Pour le moment avec Karim Fradin (président du directoire), nous n’avons pas prévu de nouvelles arrivées, sauf en cas de départs. Je pense que l’effectif actuel sera à 95% celui qui débutera la saison. Après, par rapport à certains joueurs, si des clubs de L1 montrent leur intérêt, ça peut encore évoluer.

« J’ai la chance de diriger une équipe depuis plus de 20 ans »

Vous avez remporté votre premier match amical contre l’UNFP (2-1). Vous affrontez ce samedi Bordeaux (L1), quelles sont vos attentes sur ce match ? L’occasion de voir à l’œuvre vos recrues ?

Il est encore un peu tôt pour juger les nouveaux. Ce que je vois avant tout, c’est leur faculté à se fondre rapidement dans le collectif. C’est pour cela que nous sommes partis tôt en stage à Royan, pour qu’ils puissent s’intégrer au plus vite, c’est essentiel. Et de ce côté-là, tout s’est bien déroulé. Ils sont là pour apporter un plus à l’équipe, et découvrir la Ligue 2. Le passé a démontré qu’il fallait faire confiance à la jeunesse.

Le match de Bordeaux s’insère lui dans le cadre de notre préparation athlétique. On sait qu’on va rencontrer une équipe de qualité, qui évolue en L1. On risque d’avoir moins la possession du ballon, et ça va nous permettre de travailler l’aspect défensif notamment. Les joueurs vont devoir énormément travailler à la récupération, et dans le fait de ne pas perdre trop rapidement le ballon. Or, on sait qu’on sera un peu dans le dur physiquement avec la prépa. Mais c’est le but recherché de travailler dans la difficulté. Je ne fais pas de différence entre la sélection de l’UNFP, qui était un très bon premier galop d’essai, et une L1. On sera dans l’obligation de courir intelligemment. Ce match va nous servir à utiliser plein de leviers pour la suite de la saison.

Vous avez découvert la Ligue 2 au Paris FC lors de la saison 2015-2016. Une aventure qui s’est malheureusement mal terminée. Avec le recul, comment l’expliquez-vous, et cette expérience vous sert-elle aujourd’hui à Niort ?

Je suis resté 12 ans à Carquefou, où j’ai vécu de vrais moments d’émotions intenses avec nos parcours en Coupe de France ou nos montées. Je ne veux plus vraiment parler du Paris FC, c’était une petite parenthèse. Le football va très vite d’une saison à une autre, on peut connaître des difficultés. Cette aventure au PFC m’a permis de découvrir autre chose, d’avoir un coup d’avance désormais dans certains choix. Je suis jeune, mais j’ai la chance depuis plus de 20 ans de diriger une équipe première de football. Une carrière est faite de hauts et de bas. Comme je l’ai dit juste avant, la plus belle des qualités, c’est le rebond. Je suis désormais très heureux de vivre ma deuxième saison aux Chamois Niortais, et de vivre cette belle aventure !

Propos recueillis par Dorian Waymel

A lire aussi >>

Les tuniques de Niort pour la saison 2017/2018 dévoilées !

3 Commentaires

  1. Pingback: MaLigue2 | Denis Renaud : "Bordeaux a su être plus réaliste que nous" - MaLigue2

  2. Pingback: MaLigue2 | Interviews : nos présentations des 20 clubs de Ligue 2 - MaLigue2

  3. Pingback: MaLigue2 | Denis Renaud : "Il faudra être plus tueur à l'avenir" - MaLigue2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *