Entretien ML2 – Grégory Lorenzi : « On n’a pas encore le calibre des grosses écuries »

Le Stade Brestois 29 n’est pas passé loin d’une montée en Ligue 1 l’an passé, s’écroulant dans les dernières semaines de la saison après avoir longtemps squatté le podium. Le directeur sportif du SB29 Grégory Lorenzi, en poste depuis un an, a accepté de revenir sur cette première année. Et se projette sur le prochain exercice 2017-2018 en évoquant les ambitions sportives et le mercato en cours.

MaLigue2 : Votre prise de fonction remonte maintenant à douze mois, quel regard portez-vous sur cette dernière année à ce nouveau poste ?

Grégory Lorenzi : Ça n’a pas été évident de récupérer ce chantier en tout début de saison, d’autant plus que je n’étais pas forcément préparé. On est satisfait du travail accompli, avec un recrutement plutôt bien réussi. Il ne faut surtout pas oublier que les joueurs et le staff technique ont été remarquables tout au long de la saison, ils ont adhéré au projet. La cohésion de groupe a fait que les résultats ont été très positifs. Je pense aussi que j’ai eu de la réussite, j’aurai signé de suite pour connaître une première saison comme l’année dernière.

« Dans la tête des joueurs, Brest n’est pas Lens »

Et aujourd’hui ?

Aujourd’hui, on est dans la continuité. Il y a beaucoup de choses qu’on doit améliorer, tant sur le plan sportif qu’extrasportif. Il y a une image à redorer aussi par rapport aux joueurs. Dans la tête des joueurs, Brest n’est pas Lens par exemple, on a encore beaucoup de retard. Mais on fait partie des clubs à fort potentiel, qui ne demandent qu’à se développer et on travaille pour ça. L’objectif sera de continuer de reconstruire un effectif de qualité, avec l’ambition de moins recruter de joueurs en prêt et libres à l’avenir. Côté sportif, on cherchera à prendre rapidement les points du maintien, avant de revoir les ambitions à la hausse.

Dans l’esprit des clubs de Ligue 2, vous faites partie des « gros » alors que dans les faits vous n’êtes pas en capacité de débloquer de l’argent sur des transferts payants. En plus du déficit d’image que vous évoquez, cela complique votre tâche au quotidien ?

C’est ce qu’ont un peu de mal à comprendre les supporters. Je le ressens ainsi au quotidien. Qui dit plus-value à l’effectif actuel dit joueur de Ligue 1, ou presque. Dans l’esprit de ces joueurs là, la Ligue 1 est une priorité et ils ne veulent pas redescendre en Ligue 2, ou pas en début de mercato. De plus, on entre en concurrence sur ces joueurs avec des clubs comme Lens, Reims, Auxerre cette année, Lorient… On essaye de se battre avec ce genre de formations, et je ressens encore dans mes négociations que nous ne sommes pas un choix prioritaire. Brest parle aux joueurs grâce à notre dernière saison, on a une identité avec Jean-Marc Furlan, mais inconsciemment ou pas, on est pas encore sur le calibre des équipes citées au-dessus. C’est ce qui freine aujourd’hui notre recrutement. Ceci dit, je ne m’inquiète pas actuellement.

A contrario, les joueurs qui s’engagent dans votre projet adhèrent totalement, comme l’an dernier. Ce qui apporte une vraie implication et une plus-value sportive ?

Nous sommes sur le marché des joueurs libres, on leur vend le projet d’une équipe qui joue au foot avec Jean-Marc Furlan. Lorsque le dialogue accroche, cela facilite ensuite la négociation contractuelle. A titre d’exemple, j’avais discuté avec Benjamin Corgnet en janvier puis plus récemment, il avait suivi et la Ligue 2 et la philosophie de jeu de Brest lui avait beaucoup plu. Après, il a courtoisement refusé, on ne peut pas lutter avec une offre venant de Ligue 1 (ndlr: il s’est engagé à Strabourg).

Edouard Butin est d’accord avec vous, l’officialisation est proche ?

Oui, on est très content d’avoir Edouard parmi nous, pour un contrat d’un an. On cherche encore deux attaquants, on est en pénurie de joueurs offensifs. Les attaquants de Ligue 1 veulent faire la préparation avec leurs clubs pour essayer de prouver à leurs coachs, on est tributaire de cela. Il y a aussi la solution de l’étranger, qui ressemble plus à des paris parfois. Quand on sort d’une attaque Maupay-Diallo, les supporters aimeraient avoir le même profil de joueurs. Il faut aussi comprendre que ce ne sera pas ça chaque année, ils étaient venus en prêt pour se relancer…

Quels sont les autres attentes en terme de recrues ?

Prioritairement, les deux attaquants. On cherche aussi un latéral gauche. Et un gardien, Donovan Léon ne prolongera pas chez nous.

Cristian Battocchio ne poursuivra pas l’aventure à Brest

 

3 Commentaires

  1. Pingback: MaLigue2 | Donovan Léon : "C'est leur choix, ils ont voulu boucler cela vite" - MaLigue2

  2. Pingback: MaLigue2 | Neal Maupay, dans le "loft" de Saint-Etienne, sur le départ - MaLigue2

  3. Pingback: MaLigue2 | Officiel : Jessy Pi prêté par Toulouse à Brest - MaLigue2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *