Entretien ML2 – 106, passion, I Sanguinari, ACA…rencontre avec « Perfettu » !

Impossible de le louper dans les parcages extérieurs lorsque l’AC Ajaccio joue. Car il y est bien souvent seul. Un passionné, un fidèle comme on en fait peu en Ligue 2. La bâche d’I Sanguinari trône toujours fièrement dans les tribunes, de la Meinau à Le Blé, de Bollaert aux Costières. Loic, alias « Perfettu » sur Twitter, revient pour nous sur sa saison 2016-2017 marquée par de très nombreux déplacements, et autant d’anecdotes.

MaLigue2 : Loic, une nouvelle saison bien remplie pour I Sanguinari vient de s’achever, avec un nouveau « Grand Chelem » pour suivre l’AC Ajaccio à l’extérieur ?

Perfettu : Pour être précis, c’est pas totalement un grand chelem. Plutôt un mini-grand chelem. J’ai fait tous les déplacements sur le continent, j’ai seulement raté celui au Gazelec. Niveau logistique, c’était impossible pour moi. Du coup j’ai fait 22 déplacements cette saison, toutes compétitions confondues. De Boulogne-sur-Mer à Monaco en passant par Brest et Strasbourg. J’ai calculé, j’ai fait 18 931 km pour suivre l’ACA cette saison !

Comment parviens-tu à t’organiser avec le boulot, la vie privée, et les trajets pour ne jamais louper de matchs ?

J’ai la chance d’avoir une chef conciliante. Au début de chaque mois je lui dis que je ne serais pas disponible tel vendredi et tel vendredi, et on s’arrange comme ça. Je calque ma vie sur les déplacements. Ce sont des sacrifices amicaux, sportifs, amoureux, familiaux, financiers et professionnels mais c’est vital pour moi. Les jours de match, je pars le plus tôt possible de chez moi ou du travail, quitte à arriver au stade à 16h.

Tu peux nous parler de ta fameuse 106 ? Elle est toujours là ?

Ma 106 est toujours là, oui, mais elle commence à se faire vieille. J’en suis à plus de 266 000 km au compteur donc à chaque déplacement je croise les doigts pour ne pas tomber en panne. C’est ma plus grande hantise d’ailleurs : tomber en panne sur la route aller du déplacement. Au retour je m’en fous ! J’espère la faire tenir cette saison encore…

Quelles sont tes relations avec l’AC Ajaccio, et les joueurs ?

Il y a eu quelques bas mais ma relation avec l’ACA est très bonne. L’avantage, c’est que l’ACA est un club familial. J’ai donc pu me faire au place au milieu des joueurs et des dirigeants très vite. Surtout que je suis le seul à faire tous les déplacements, donc je suis facilement reconnaissable. Le club et les joueurs m’offrent quelques fois des places, quelques fois des équipements et des maillots. J’ai même eu la chance de partager un voyage en bus avec eux, de leur hôtel au stade, au milieu des joueurs.

« Tu ne peux qu’être ébahi face aux publics de Lens et Strasbourg »

Quels ont été tes meilleurs déplacements cette saison, et pourquoi ?

A deux à Troyes

Les meilleurs déplacements sont ceux d’où on ramène la victoire. Donc ce n’est pas souvent. Si je devais en garder un cette saison, ce serait à Troyes. Nous étions que deux en parcage visiteurs, on a mangé une bonne andouillette et on a gagné. Après, niveau ambiance, je retiendrais Strasbourg et Lens cette saison. Même si on a largement perdu les deux matchs, tu ne peux qu’être ébahi face à de tels publics.

Et à l’inverse, quels ont été tes pires déplacements cette saison ?

J’aurais bien dit Brest mais j’adore ce déplacement et en plus on a gagné là-bas. Le problème, c’est qu’ils n’ont pas voulu nous ouvrir le parcage, qu’ils nous ont empêché de porter les couleurs de l’ACA et qu’ils nous ont mis au milieu de gamins qui supportaient Brest… Sinon, le pire, c’est Tours. On est toujours très mal reçu là-bas. Encore une fois, ils n’ont pas voulu nous ouvrir le parcage visiteurs, on n’a pas pu bâcher et en plus le match était bien pourri. La totale.

Qu’as-tu pensé de la saison de l’AC Ajaccio ? Satisfait ou tu t’attendais à mieux ?

On a fait des progrès par rapport à la saison dernière, on s’est maintenu assez tôt dans la saison, ce qui nous a pas mal soulagé. Après, on espère toujours finir plus haut que dans le ventre mou de la Ligue 2. Mais honnêtement, le contenu ne m’intéresse pas plus que cela. Ce que je retiens quand je me déplace, c’est le stade, le public, la bouffe, les anecdotes qui entourent ce dép, les macagnas et les retrouvailles avec les potes. Le contenu du match vient en dernier.

Le 100e déplacement de Perfettu, et les 15 ans d’I Sanguinari à venir

Le mercato a déjà bien commencé avec les arrivées d’Avinel, Marin et Coutadeur, ou le départ de Madri. Tu penses que l’ACA a de nouvelles ambitions pour la saison prochaine ?

Si un joueur comme Coutadeur a préféré signer chez nous plutôt qu’à Sochaux ou je ne sais où, ce n’est pas un hasard, c’est que l’ACA a un projet sérieux pour la saison prochaine. On a commencé à recruter tôt, la DNCG ne devrait pas nous emmerder cette saison et on reste sur une bonne dynamique. Tout est au beau fixe pour une bonne saison, donc pourquoi pas viser le top 6 ?

On va te retrouver dans les tribunes encore la saison prochaine ?

Je continue la saison prochaine, avec l’ambition de faire plus et mieux. Mon objectif est de faire les matchs amicaux de pré-saison sur le continent. J’ai déjà réservé mon 13 juillet pour Béziers-ACA à Valras. Cette saison je compte également faire les déplacements en Corse, au Gazelec et à Bastia. Ça s’annonce tendu ! Et puis il y aura deux dates importantes dans la saison 2017/2018, qui ne sont pas définies exactement encore : mon 100e déplacement et les 15 ans d’I Sanguinari. J’essaierais d’organiser quelque chose de sympa. Et vous serez les premiers au courant !

Abonnez-vous à la page Facebook d’I Sanguinari pour ne rien rater de l’actualité du groupe

Vous appréciez le travail de MaLigue2? Soutenez le site à partir d’un euro sur notre campagne Tipeee

Les tarifs des abonnements 2017-2018 à l’AC Ajaccio

1 Commentaire

  1. Pingback: MaLigue2 | Mathieu Coutadeur : "J'aime bien dire que je suis le porteur d'eau" - MaLigue2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *