Entretien ML2 – Lutte pour la L1, le maintien, révélation(s) de la saison… Samuel Ollivier et Robert Malm se livrent avant le sprint final

Commentateurs phares de la Ligue 2 sur les antennes de BeIN Sports, Samuel Ollivier et Robert Malm ont accepté de livrer leur avis avant le sprint final de cette saison 2016-2017 très indécise. Le duo évoque la course pour la montée, la lutte pour le maintien, et tous les autres enjeux passionnants à venir jusqu’à la fin du mois de mai.

MaLigue2 : Samuel, Robert, on entre de plein-pied dans la dernière ligne droite désormais…

Samuel Ollivier : « C’est très excitant. Le championnat est serré comme jamais. Trois clubs en tête sont à égalité de points, avec des différences de buts très proches. En bas de tableau, tout reste aussi possible. C’est vraiment passionnant. Et n’oublions pas les barrages pour la montée et la descente qui ajoutent encore plus au suspense, et qui seront à suivre sur les antennes de BeIN Sports également.

Robert Malm : Par rapport à la saison dernière, aucune équipe n’est parvenue à se détacher en tête. Et pour nous en terme de diffusion, c’est encore plus sympa de voir que 6 ou 7 équipes sont encore capables de jouer jusqu’au bout la montée en Ligue 1. Trois équipes à égalité avec 49 points devant… je n’ai pas le souvenir d’un classement aussi serré sur les dernières saisons. Certes, ces équipes-là comptent 10 points de moins que Dijon l’année dernière à la même époque, mais cela nous offre davantage de suspense. Quand on prépare nos émissions et qu’on sort nos petits calculs d’apothicaires, on se rend compte qu’on se prépare à connaître des 37e et 38e journées de feu !

S.O : On se dit vraiment que la Ligue 2 peut basculer à chaque journée, même si rien n’est jamais définitif car les écarts sont infimes.

Comme la saison dernière, tout risque de se jouer sur la toute dernière journée en haut comme en bas…

S.O : La Ligue 2 se résume à ce qu’on a vécu lors de la 38e journée en mai dernier. Ça fait plusieurs saisons désormais qu’on couvre ce championnat, et le suspense est toujours au rendez-vous. Ne pas monter pour un but en battant Bourg 5-0 au dernier match… Ce sont des scénarios qu’on ne peut pas inventer. Et on est typiquement dans la même lignée cette saison.

R.M : Je dirais même que le suspense s’étale cette fois sur l’ensemble de la saison. Brest avait 9 points d’avance à un moment et s’est fait rejoindre depuis par Lens et Reims. Je ne vais pas dire que le SB29 est l’invité surprise, mais qu’il soit aussi bien classé en sachant que c’est une année de transition c’est tant mieux pour le suspense. Et on peut descendre jusqu’Amiens au classement pour jouer la montée. Elle est complètement folle cette Ligue 2 !

Hasard du calendrier, la prochaine journée offre dès ce samedi (15h) sur BeIN Sports l’affiche de haut de tableau entre Reims (2e) et Lens (1er). Un match forcément parfait à commenter pour vous?

Les palettes de Robby

S.O : Tous les ingrédients sont réunis pour avoir une superbe affiche. Le stade sera presque plein, voire complet. Les deux équipes sont à égalité au nombre de points (49) et à la différence de buts (+10). Et ce sont en plus deux clubs historiques du foot français, avec une vraie âme. Elles ont des joueurs de qualité à tous les postes, avec des coachs de L1 sur le banc… Il ne manque pas un ingrédient pour avoir une après-midi de grand spectacle.

R.M : On les attendait là ces deux équipes. Ce qui rend encore plus alléchant le choc, c’est que ces deux formations ont galéré pour en arriver là. Lens a eu du mal à domicile, et Reims l’inverse. Tout est réuni, on croise les doigts pour que l’affiche soit d’aussi bonne qualité que le dernier Strasbourg-Brest (4-1) par exemple.

S.O : D’ailleurs, BeIN Sports va se mettre à la hauteur de l’événement avec notre avant-match traditionnel d’une demi-heure à partir de 14h30. Et nous aurons aussi une interview de l’attaquant lensois Cristian Lopez car il a un parcours particulier. On l’a rencontré à La Gaillette pour discuter de son passage au Real Madrid ou de ses envies de découvrir la L1 avec le RCL. Nous aurons également des invités et le maillot du Racing dédicacé par toute l’équipe à faire gagner.

Samuel Ollivier : « La maîtrise de Strasbourg m’impressionne pour un promu »

Le samedi 1er avril pour la J31, Lens accueillera ensuite Brest. Deux victoires du Racing seraient-elle synonymes de Ligue 1 ?

S.O : Quelle que soit l’issue de ces deux rencontres, je pense que nous ne pourrons tirer aucun enseignement définitif pour aucune équipe. En revanche, l’histoire dira peut-être à la fin de la saison que ces deux matchs-là auront été des tournants dans la conquête de la L1, ou pas. Mais les équipes sont toutes tellement irrégulières que je ne vois pas pourquoi subitement quelqu’un gagnerait les 9 dernières rencontres.

R.M : Lens et Reims sont programmés pour remonter en L1, et connaissent peut-être mieux avec leurs coachs l’importance de ce sprint final et de ses enjeux. Peut-être qu’ils vont trouver leur régularité dans ce money-time, alors qu’ils auraient pu se faciliter la tâche plus tôt dans la saison en enchaînant les bons résultats. Mais méfiance, car il y a souvent une équipe un peu à la traîne qui sort du bois sur la fin.

En dessous du trio de tête, Strasbourg, Nîmes, Amiens et Troyes se tiennent en deux points et restent à l’affût…

R.M : Ces formations sont sans doute moins programmées pour remonter tout de suite. Maintenant, est-ce que le fait d’avoir déjà acquis les points du maintien va les libérer pour la suite ? Ou au contraire leur donner la trouille d’aller chercher ce podium ? Elles sont capables de tout.

S.O : En équipe surprise, j’aurais bien vu Nîmes avant la blessure de Rachid Alioui (out jusqu’en fin de saison, ndlr). Ce sera un gros frein pour eux même s’ils sont sur une longue série de matchs sans défaite.

R.M : Oui, mais le NO a gagné aussi pendant son absence en raison de la CAN en janvier. Alioui aurait peut-être pu amener ce petit plus au moment de faire la différence.

S.O : Je vois bien Strasbourg monter également. Ces dernières années, de nombreux clubs ont réussi à passer directement du National à la Ligue 1. Le RCSA et Amiens sont bien placés, mais la maîtrise du club alsacien m’impressionne pour un promu. Une grande partie de sa colonne vertébrale découvre avec succès la Ligue 2 cette saison comme Seka, Grimm ou Liénard. Le coach Thierry Laurey est de grande qualité, et n’hésite pas à jouer souvent avec 3 attaquants. Et le public exceptionnel de La Meinau, comme à Lens d’ailleurs, peut aider Strasbourg au moins à aller chercher le barrage.

R.M : On découvre des joueurs, mais il y a aussi des joueurs d’expérience comme Marester ou Mangane, et un bon banc avec Bahoken, Saad ou le jeune Sacko. Cet effectif dans son ensemble peut permettre au RCSA de lutter pour la montée. Ce n’est pas un promu comme un autre avec son passé et son histoire.

En bas de tableau aussi la lutte est acharnée…

Samuel Ollivier voit bien Strasbourg monter après les barrages

S.O : C’est là aussi très excitant, puisque des clubs aux profils bien différents se retrouvent réunis. On n’attendait pas du tout Auxerre là, alors que Tours, Laval ou Orléans sont plus habitués à jouer le maintien. D’autant que la sanction concernant l’USO (-4 points par la DNCG) change tout.

R.M : Cela change surtout la belle année civile 2017 pour Orléans. Ça risque encore de se jouer à la différence de buts jusqu’au bout. Laval aurait pu faire le trou un peu plus tôt je pense. Mais ils n’ont pas su saisir ces occasions. Laval joue bien, a trouvé son système mais ne parvient pas à garder le score. Dans le meilleur des cas ils font match nul, dans le pire ils perdent. C’est une question d’efficacité, au-delà de l’aspect mental. Ils ne ferment pas le jeu, mais même Marco Simone ne sait plus comment faire. Les joueurs doivent prendre leurs responsabilités pour marquer.

Robert Malm : « Auxerre devrait jouer les 5 premières places avec son effectif »

Auxerre doit se méfier également, car si Orléans récupère ses points en appel, l’AJA serait de nouveau relégable…

S.O : Et pourtant l’effectif de l’AJA est impressionnant. Quand on a Obraniak derrière Courtet et Yattara déjà ça aide à jouer au foot.

R.M : Avec leur groupe, ils devraient jouer les 5 premières places. Auxerre, c’est incompréhensible. Et quand Viorel Moldovan (l’ancien entraîneur) avait pété son câble à notre micro en début de saison, ça s’est révélé exact. Il a commencé avec des jeunes, et même les cadres derrière n’ont pas réussi à emmener tout le monde. On avait eu les prémisses de cette saison ratée lors de la 1ere journée avec Red Star-Auxerre (0-0). On se disait alors que la saison allait être très très longue.

Robert, lors de notre interview avant le début de saison, vous appeliez les joueurs de Ligue 2 à se lâcher. Après 29 journées, avez-vous noté une évolution de ce côté-là ?

R.M : On a eu peur lors de la première journée, avec seulement 7 buts dans le Multi. Mais finalement la moyenne est remontée et ce suspense à tous les étages me plaît.

S.O : Je trouve que nous avons vécu de belles émotions cette saison. Par le spectacle, mais aussi par l’actualité. Moldovan qui craque en direct sur BeIN puis se fait licencier, la sortie dingue de Jean-Marc Ettori aussi à notre micro…

R.M : On a aussi eu des fins de matchs renversantes avec le derby Valenciennes-Lens remporté par le Racing à 10 contre 11 dans les dernières secondes (2-1), ou la victoire d’Amiens dans le temps additionnel contre Lens justement (2-1) un peu plus tard. Et le meilleur reste à venir !

S.O : On a eu de belles émotions et je pense que ce n’est rien à côté de ce qui nous attend dans ce sprint final. »

Séquence « Rapido » – Samuel Ollivier et Robert Malm répondent à 10 questions sur la saison de Ligue 2 du tac-au-tac.

  1. Votre coup de cœur ?
    Samuel : La rénovation du bar « Le Penalty » à Brest (rires)
    Robert : Strasbourg
  2. Votre coup de gueule ?
    Samuel : La mauvaise gestion de la communication des clubs de L2. Je précise : certains clubs se comportent en amateurs et ne sont pas à la hauteur des attentes de leurs supporters et de la presse. Certains clubs se plaignent d’un manque d’exposition puis refusent d’être invités chez nous pour 3h d’antenne le vendredi pendant le Multi parce qu’ils viennent de perdre 2 matchs par exemple…
    Robert : Le Tours FC avec le président Ettori, et Auxerre avec l’affaire Papin.
  3. Le plus beau but ?
    Samuel : La frappe du milieu de terrain de Raveloson avec Tours contre Valenciennes (4-1, J12)
    Robert : Le contrôle en extension puis la reprise de volée de Courtet avec Auxerre contre Nîmes (2-0, J17)
  4. L’action casquette ?
    Samuel et Robert : A chaque match que nous commentons le samedi, un arbitre chute ou glisse (rires). Nous disons cela avec bienveillance, et nous mettons justement en valeur à l’antenne le travail peu évident des arbitres.
  5. Le meilleur invité du Multi Ligue 2 ?
    Samuel : Alex Dupont
    Robert : Gauthier Gallon
  6. La révélation ?
    Samuel : Ferland Mendy (HAC)
    Robert : Sofiane Alakouch (Nîmes)
  7. Le meilleur match commenté cette saison ?
    Samuel : Strasbourg-Brest (4-1, J29)
    Robert : Amiens-Strasbourg (4-3, J20)
  8. Le match le plus ennuyeux ?
    Samuel et Robert en chœur : Red Star-Auxerre ! (0-0, J1)
  9. La plus belle pioche du mercato ?
    Samuel : John Bostock (Lens)
    Robert : Nicolas Douchez (Lens). Il fallait avoir « des couilles » pour revenir en L2 alors qu’il aurait pu jouer en L1.
  10. Piège : quelle équipe de National en Ligue 2 la saison prochaine ?
    Samuel : Concarneau, car il n’y a pas assez de clubs bretons
    Robert : Dunkerque !

Retrouvez le multiplex de la 30e journée de Ligue 2 ce vendredi (20h) sur BeIN Sports 1 avec Samuel Ollivier, Robert Malm et leur invité Richard Soumah, ainsi que l’affiche Reims-Lens ce samedi (15h) toujours sur les antennes de BeIN Sports.

Crédit photos : Panoramic

A lire aussi >>

Les enjeux du multi Ligue 2 : J30

4 Commentaires

  1. Pingback: MaLigue2 | Les enseignements du multi Ligue 2 : J30 - MaLigue2

  2. Pingback: MaLigue2 | Deux représentants de clubs de Ligue 2 élus à la FFF avec Noël Le Graët ! - MaLigue2

  3. ces commentateurs sont vraiment pitoyable ,Tours depuis 2008 n’a jouer le maintien qu’une fois ,c’était en 2014/2015 mais on finit 15 éme car les autres saisons on jouer les premiers rôles et souvent on faiblissait en visant le ventre mou au final sans trop de difficultés
    2 fois 6 éme une fois 8 éme ,une fois 9 éme ,une fois 10 éme ,11 éme ,12 éme!
    Malm a chaque fois qu’il prévoit un truc c’est l’inverse qui se produit ,ne l’écouter pas

  4. Pingback: MaLigue2 | Cédric Daury ne veut pas "être dans le calcul" en jouant le lundi soir - MaLigue2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *