19 points en 11 journées, le Tours FC l’a déjà fait !

Après 27 journées de Ligue 2, le Tours FC se classe en dernière position du championnat. Avec 22 points (4 victoires, 10 nuls, 13 défaites), les tourangeaux ont l’obligation d’effectuer un parcours presque sans faute jusqu’à la fin de saison pour se maintenir en Ligue 2. Plusieurs motifs d’espoir subsitent, à l’image de leur remontée durant la saison 2014-2015.

Il y a deux ans, après 27 journées, le Tours FC possédait 25 points. Il se trouvait 18ème, à 4 points du premier non relégable. Cette année, il est 20ème à 4 points du 1er non relégable, le barragiste Orléans qui s’est vu retiré 4 points par la DNCG hier. Cette place de barragiste qui réduit la visibilité en terme de points à obtenir, comme le détaille Jean-Marc Ettori : « Cette année, il est difficile de dire à combien de points se jouera la place de barragiste, ça va être l’objectif à atteindre cette fin de saison. L’équipe tient bon, le club aussi, et il suffirait d’enclencher une série de 3 victoires pour rééditer l’exploit d’il y a deux ans. » En 11 journées, les tourangeaux avaient pris 19 points, ce qui leur avait assuré un maintien en Ligue 2.

Autre motif d’espoir pour le président tourangeau : le calendrier. « Nous avons déjà rencontré les dix premiers de ce championnat, et nous avons à chaque fois mené à Reims, Strasbourg ou Bourg sans parvenir à tenir. Désormais, il nous reste un mini-championnat à disputer avec les équipes du bas, hormis un déplacement à Brest. » En effet, hormis le déplacement dans le Finistère lors de la 32ème journée, le Tours FC n’affrontera aucune des équipes du Top 8 actuel. Et doit affronter tous ses concurrents directs, recevant notamment Orléans et le Red Star ce mois-ci.

Il est évidemment bien trop tôt pour enterrer le Tours FC, qui vient également de changer son entraîneur en vue du sprint final. Le retour sur les pelouses de Bryan Bergougnoux fait aussi beaucoup de bien. Le mot de la fin pour le président Ettori : « Pourquoi ne le ferait-on pas ? Tout le monde nous disait qu’il serait impossible de redresser le club financièrement lorsque je l’ai repris, y compris la DNCG. A ce jour, je suis en train d’y parvenir.« 

Norredine El Ouardani : « Les joueurs ont retrouvé de la confiance »