Thierry Laurey : « On fera les comptes au moment de la trêve internationale »

Avant de disputer son match en retard de la 21e journée de Ligue 2 contre Tours (20e) ce mardi (18h30) à La Meinau, le RC Strasbourg a pris un point sur la pelouse de Jean-Bouin face au Red Star lors de la J26 (1-1). Une unité de plus qui permet au promu alsacien de rester bien au chaud dans le peloton de tête avec 40 points. Alors que le maintien est tout proche d’être acté, l’entraîneur Thierry Laurey ne veut toujours pas ouvertement parler de montée. Même s’il ne nie plus que le RCSA est désormais à l’affût à l’approche de la dernière ligne droite du championnat…

Thierry, quel est votre sentiment après ce match nul arraché en fin de rencontre au Red Star ?

T.L : « Ça aurait été sévère de ne pas égaliser. Mais pour reprendre chronologie du match : on a bien démarré mais le Red Star encore mieux ! Ils ont joué dans un système différent de d’habitude, donc il a fallu trouver les 2-3 réglages nécessaires pour s’adapter. Ils marquent un super but, mais on est un peu passifs sur le coup. C’était assez serré en première période. En deuxième, on a mis plus d’intensité. Le terrain n’était pas facile non plus pour faire du jeu. Ils ont changé la pelouse, mais j’essaierais d’en mettre une bonne et d’enlever les faux rebonds plutôt. On aurait pu égaliser un poil plus tôt c’est vrai… Mais les garçons ont lutté jusqu’au bout et c’est ce que j’ai aimé. Il y a eu une répétition d’actions qui fait qu’à un moment donné le Red Star a lâché. Un point c’est bénéfique, on se satisfait d’avoir 40 points. »

Qu’est-ce qui explique les difficultés de votre équipe à manœuvrer son adversaire ?

A l’extérieur, les joueurs du Racing ne sont jamais seuls

« Le Red Star n’a pas une équipe athlétique, mais des joueurs très dynamiques, très vifs. On était gênés par tout ça. C’est aussi l’un des matchs où on a eu le plus de coup de pied arrêtés, et j’avais fait le choix de ne pas prendre Dimitri Liénard… Il fallait l’économiser pour éviter de prendre un troisième carton jaune pour les échéances à venir. On avait l’avantage de la taille, mais il y a des soirs où ça sourit un peu moins. L’enchaînement des matchs fait aussi qu’on laisse des forces dans la bataille car on a pas une équipe qui maîtrise le jeu. Donc en résumé, c’est un excellent point de pris, c’est très bien. Je n’ai rien à reprocher aux garçons. Il faut bien récupérer car mardi on est les seuls à jouer (contre Tours, 20e) donc tout ce qu’on prendra sera tout bénéf' »

Strasbourg ne peut plus se cacher désormais dans la lutte pour la montée en Ligue 1 ?

« On fera les comptes au moment de la trêve internationale. On verra si on est encore dans la course ou pas. On ne veut pas spéculer sur la montée et parler du pourcentage de chances que l’on a de monter ou pas. Il faut se concentrer sur nos matchs et le jeu. Après, on est à l’affût oui, c’est ce qu’on pense et ça me convient. On prend l’aspiration, on est dans le peloton. Mais la bagarre va être longue, il va falloir s’accrocher. On a pas un large effectif et les matchs s’enchaînent. On a un match en retard à disputer mardi, puis un autre en championnat contre Clermont trois jours plus tard. Et la semaine d’après, on a un match de Coupe à Avranches (National) pendant que d’autres regarderont les matchs avec une bière et des cacahuètes. Mais attention, je suis très content de la disputer. Je suis content de la saison que l’on produit. »

Propos recueillis en conférence de presse au stade Jean-Bouin par Dorian Waymel

A lire aussi >>

Les 3 hommes forts de Strasbourg…en stats !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *